Tout juste parti au Hertha Berlin après une demi-saison cata, Piatek rejoint la longue liste des 9 du Milan qui se sont plantés depuis Inzaghi. De quoi accréditer la thèse d’une possible malédiction.

 

Il n’y a pas d’histoire de superstition. Il a demandé à avoir le 9, mais nous pensons que c’est quelque chose qui se mérite”. En présentant Piatek avec un maillot floqué 19, lors de son arrivée à Milan au précédent mercato d’hiver, Leonardo avait-il tout anticipé ? Un an plus tard, la question est légitime. Intraitable à ses débuts (8 buts/19 matchs), dans la foulée de son explosion au Genoa, le bomber polonais s’est écroulé à partir de cet été, quand il a justement osé défier la malédiction. Son bilan avec le 9 est sans appel : quatre petits pions sur la demi-saison, des prestations calamiteuses et un ticket express pour le Hertha Berlin, où le Pistolero vient d’être envoyé.

 

 

 

Tragique, mais peut-être logique. Depuis 2012 et la fin de l’ère Inzaghi (126 buts en 300 matchs), tous les héritiers du 9 se sont vautrés. De Pato à Higuain en passant par Torres, Lapadula, Luiz Adriano, Matri ou Destro, aucun d’entre eux n’a atteint les 10 buts sur une saison, malgré une réputation pour faire bien mieux. Le seul à avoir atteint cette stat est André Silva, en 40 matchs (2017-18). Loin des standards d’un club comme Milan, même en déclin.

 

ssss

Passé du 7 au 9 en 2012/13, Pato ne joue que des bouts de match avant de filer au Corinthians

 

De quoi demander le retrait de ce numéro maudit ? Ce n’est pas l’avis de certains tifosi qui pointent les joueurs du doigt. “Piatek avait déjà ralenti la cadence avant de prendre le 9 et a lui-même avoué avoir mal préparé la saison, rappelle Giacomo, qui suit le Milan pour FrSerieA. Il a aussi subi de plein fouet les choix de Giampaolo, en étant sevré de ballons”. S’il est question de maledizione, elle peut donc aussi porter sur le recrutement. “Hormis Pato, aucun n’avait le niveau”, juge-t-il. Torres ? “Cramé”. Luiz Adriano ? “Pas adapté”. André Silva ? “Pas en confiance”. “La plus grosse déception reste Higuain, il est venu pour prouver que la Juve s’était trompée, analyse-t-il. Forcément, il n’avait pas de temps à perdre alors que le Milan était dans un projet de reconstruction” 

 

 

Mes coéquipiers m’ont dit de changer”

Même dans le vestiaire, le 9 reste toutefois un sujet. Particulièrement mal chanceux contre Brescia, fin août, Piatek avoue quelques jours plus tard que ses coéquipiers l’ont charrié là-dessus. “Ils m’ont dit de changer de numéro, mais j’ai toujours voulu jouer avec”, raconte-t-il à la chaîne YouTube Foot Truck. Sans se douter que trois plus tard, il passerait du Milan au Hertha. Et à un maillot floqué 7. Reste une autre question : qui osera récupérer le 9 chez les Rossoneri ? “Rafael Leao (20 ans) est un bon candidat, estime Giacomo. Il a tout le matériel en main pour y arriver. Attention quand même à son entourage”. Et à la maledizione ?