Samedi, lors de la réception de Karlsruhe, Hambourg (D2 allemande) a autorisé les fumigènes en accord avec les instances. Une première. 

 

Tous les ultras en rêvent, et Hambourg l’a fait. Alors que le sujet continue de crisper les dirigeants du foot dans toute l’Europe, le HSV a choisi de prendre le contre-pied, en encadrant l’utilisation de fumigènes samedi. Comme promis, 10 engins pyrotechniques ont été allumés par la Nordtribüne, juste avant le coup d’envoi et sous l’oeil des pompiers pour garantir la sécurité. Une première que le club allemand a immortalisée en photo sur les réseaux sociaux.

 

 

Le but du HSV ? Montrer qu’une alternative à la répression existe. “Ces dernières années, nous avons vu que les sanctions plus dures (…) n’ont pas réduit l’usage de fumigènes dans les stades, a expliqué Cornelius Göbel, le référent-supporter. Nous pensons qu’il faut changer de direction et cela ne peut qu’arriver s’il y a du dialogue entre les différentes parties”, disait-il avant le match, gagné 2-0Le dauphin de Bundesliga 2, qui a payé 294.000 euros d’amendes à cause des fumigènes la saison dernière, a également pu compter sur l’accord des autorités locales, de la Fédé et de la Ligue. D’autres n’ont plus qu’à s’en inspirer.