Avant de disputer leur premier match de Copa America, l’équipe d’Argentine a fait un geste fort pour réclamer des moyens à la Fédération. 

 

Pendant que les hommes de Jorge Sampaoli inquiètent en vue de la Coupe du monde 2018, l’Argentine connaît beaucoup plus de réussite chez les femmes. Mais malgré une qualification quasiment acquise au Mondial 2019 et aux JO 2020, la sélection féminine fait face à un manque de considération de la part de la Fédération. Ce qu’elle a choisi de dénoncer lors de l’ouverture de la Copa America au Chili. Avant d’affronter la Colombie (victoire 3-1), l’équipe coachée par Carlos Borrello a tout simplement décider de poser avec la main tendant l’oreille pour envoyer un message clair : “Nous voulons être écoutées”.

 

 

Car pour disputer cette Copa America, l’Albiceleste, 3e du classement FIFA Conmebol, n’a eu qu’une semaine de préparation. Et la Fédération ne leur verse que 250 pesos (10 euros) par jour pour s’entraîner, ce qui ne couvre même pas les frais de déplacement pour les coéquipières d’Estefanía Banini (Wahington Spirit) qui n’ont parfois pas d’hébergement prévu par la Fédération et sont nombreuses à abandonner la sélection.

 

 

Autre symbole du manque de considération de l’AFA, ce sont des mannequins qui avaient été choisies pour présenter le nouveau maillot de l’Argentine et non les joueuses, comme cela est aussi arrivé aux footballeuses de la Colombie. Payées dans le meilleur des cas 2000 (80 euros) ou 3000 pesos (120 euros) par mois lorsqu’elles évoluent à River ou Boca, les joueuses étudient ou ont toutes un travail en dehors du foot. Depuis l’année dernière, elles se battent donc pour se faire entendre et obtenir enfin plus de moyens, à l’instar de sélections comme le Danemark qui ont finalement eu gain de cause après une grève. Peut-être qu’une Copa America remportée fera bouger les choses.