Célébrer un but contre son ancien club ? Si James Rodriguez ou Mohamed Salah ont refusé de le faire en demi-finale de la Ligue des champions, d’autres n’ont pas hésité au moment d’exulter face à leurs ex-coéquipiers. Pendant que cette “marque de respect” fait plus que jamais débat, retour sur ces joueurs qui ont déjà tranché sur la question. 

 

 

David Luiz face à Chelsea

Sûrement l’une des célébrations préférées des Parisiens. Auteur d’un coup de tête rageur qui offre la prolongation contre Chelsea, en 8e de finale de LDC, David Luiz n’a aucune pitié pour ses ex-coéquipiers et fonce fêter ça vers les supporters la touffe de cheveux au vent. “J’avais dit que je ne célèbrerais pas mon but si je marque mais je n’ai pas réussi à contenir mon émotion, explique-t-il après-coup. Je m’excuse auprès de Chelsea et des supporters parce que j’étais très content ici”. Ironie de l’histoire, le Brésilien est l’un des seuls à avoir osé célébrer de la sorte qui a dû retourner de son ancien club, où il est aujourd’hui tricard. Karma ?

 

Aaron, fils de David Trezeguet, fait briller le patronyme à la boxe thaï

 

Adebayor face à Arsenal

La plus célèbre et revancharde. Passé chez Manchester City, Emmanuel Adebeyor envoie le ballon au fin des filets des Gunners en septembre 2009 et lâche une célébration totalement folle en traversant tout le terrain. “J‘ai été insulté par des gens qui chantaient mon nom il y a 6 mois, ce n’est pas normal, ce n’est pas moi qui ai voulu quitter Arsenal mais Arsène Wenger qui voulait que j’accepte l’offre”, justifie-t-il après la rencontre. Egalement passé chez l’ennemi Tottenham, il confiera quelques années plus tard ne pas avoir de regrets sur cette célébration.

 

 

 

NKoudou face à Nantes

La plus Ligue 1. Face à Nantes, en novembre 2015, Georges-Kévin Nkoudou nous offre un grand classique avec un but face à son ancien club pour sa première réalisation avec l’OM où il a débarqué quelques semaines plus tôt. Pas de quoi baisser les yeux pour l’ailier désormais à Burnley qui fonce vers ses supporters et offre même une petite danse.

 

 

Luis Muriel contre Udinese

Arrivé en 2010 à Udinese, le premier club de sa carrière européenne, Luis Muriel joue au traître sept ans plus tard sous le maillot de la Sampdoria. Au menu : un penalty marqué, un gros chambrage vers les supporters et des ex-coéquipiers qui tentent de l’étrangler. Bonne ambiance.

 

 

Robin van Persie contre Arsenal

Cas à part, Robin van Persie fait d’abord mine de ne pas célébrer pour ses deux premiers buts contre les Gunners. Avant d’exulter un an plus tard, un jour de novembre 2013, lors d’une victoire cruciale de United contre Arsenal en Premier League. Les insultes des supporters londoniens pendant le match ont visiblement été dures à encaisser.

 

 

Sergio Ramos contre le FC Séville

Le respect ? Lors de ce Séville-Real (3-3) en Coupe du Roi, en janvier 2017, Sergio Ramos l’a laissé au vestiaire avec une Panenka + une célébration façon chambrage devant les ultras de son ex-club. Une réponse aux insultes répétées des supporters andalous qui ne portent plus le défenseur dans leur coeur. “Pour eux, je ne m’excuse pas, avait-il expliqué. Séville est ma maison mais une fois on me siffle, une autre on me siffle pas… Ca fait mal, parce qu’Alves et Rakitic sont reçus comme des héros et moi…”. Pas sûr qu’il ait arrangé son cas en faisant ça.

 

 

Bonucci contre la Juve

Poussé vers la sortie par la Juve et Allegri, Bonucci galère désormais au Milan AC. Mais le défenseur italien a quand même eu l’occasion de se venger un peu en marquant contre ses ex-coéquipiers en Série A. Et tant pis si ça n’a pas servi à grand chose (défaite 3-1).

 

 

Gomis contre Saint-Etienne

Passé de Saint-Etienne à l’ennemi OL quelques semaines plus tôt, Bafétimbi Gomis lâche une célébration décomplexée à 100%. Dommage qu’il ait oublié de faire la panthère quand même.

 

 

Icardi contre la Sampdoria

En avril 2014, Mauro Icardi croise la route de son ex-ami Maxi Lopez, à qui il a piqué Wanda Nara, mais aussi de son ancien club de la Samp. Il en profite alors pour scorer et chambrer un peu les supporters adverses. Incorrigible.

 

 

Carlos Tevez contre United

Début 2010, Carlos Tevez jette un gros froid chez les supporters d’United en marquant un doublé (2-1) contre son ancien club en demi-finale de la League Cup. Un doublé célébré explicitement comme une revanche envers les Red Devils et Sir Alex Ferguson. La vengeance de l’Apache.

 

 

Jérôme Leroy contre l’OM

A cette époque, baisser les yeux après un but était presqu’une anomalie. Passé par le PSG, puis l’OM avant de revenir dans la capitale, Jérôme Leroy ne se prive donc pas de fêter ses deux buts contre contre ancien club au Vélodrome (victoire 0-3), en mars 2003. “Plus le match avance, plus on se fait siffler et plus on a envie de marquer pour les calmer”, avait-il raconté dans L’Equipe. Une autre époque.