Tout juste sortie sur Amazon Prime, la série “El Presidente” offre un remake du Fifagate de 2015. Avec, en héros, le boss de la Fédération chilienne impliqué à l’époque. 

 

Valises de billets, quinquagénaires en cravate, hôtels de luxe, FBI… S’il y a bien un scandale autour du foot qui ressemble à une série de mafia, c’est bien celui-là. Cinq ans après le Fifagate, et l’arrestation de quatorze hauts responsables en Suisse pour une affaire de corruption à 150 millions de dollars, la série chilienne El Presidente vient retracer une partie de l’histoire. Une partie, car si cela avait marqué la fin de règne de Sepp Blatter, le président en question n’est pas lui ici. Au fil des huit épisodes (60 minutes), on côtoie plutôt deux dirigeants sud-américains : Sergio Jadue, propulsé patron de la Fédé chilienne, et en arrière-plan Julio Grondona, parrain du foot argentin pendant 35 ans (pour autant de magouilles), mort en 2014. Juste avant que tout éclate.

 

"Apache" : Netflix présente le trailer de la série sur Carlos Tevez

 

Ceci est l’histoire de tous ceux qui tirent profit du ballon pour qu’il n’arrête jamais de rouler ni de vendre”, résume “Don Julio” – également vice-président de la FIFA pendant plus de 25 ans – dans la bande-annonce. Tout ça au poste de narrateur, l’une des particularités annoncées de la série : “Je trouve ça super intéressant de l’imaginer raconter l’histoire depuis l’autre côté”, explique Armando Bo, le créateur d’El Presidente qui joue volontiers dans le camp de la satire : “C’est l’une de ces affaires où la vérité est encore plus étrange que la fiction donc j’ai un peu été obligé de le faire en comédie”, poursuit Armando Bo, oscarisé pour le scénario de Birdman en 2015.

 

El Presidente - Amazon Prime

 

Côté casting, on retrouve des acteurs habitués à l’ambiance cartel : Andrés Parra (héros de Pablo Escobar, le patron du mal), pour incarner le rôle principal Sergio Jadue, ainsi que Paulina Gaitan (madame Escobar dans la série Narcos) pour jouer son épouse. A l’époque, (attention, on spoile un peu), le dirigeant avait connu une ascension fulgurante en passant de la présidence d’un club de D2 au sommet du foot chilien (et avec deux sacres en Copa America), avant de tout perdre et de devenir témoin protégé du FBI à Miami. Définitivement fait pour finir en série.