Plus de dix ans après avoir remporté l’Euro, Antonis Nikopolidis refait parler de lui. Et plutôt en très bien puis que l’ex-gardien grec est désormais entraîneur d’une équipe de réfugiés en Grèce, le Hope Refugees FC. 

 

Antonis Nikopolidis (45 ans) n’est plus le George Clooney de l’Euro 2004. Si l’on se rappelle surtout de lui pour son exploit avec la Grèce et son faux air du mec de Nespresso, le gardien retraité en 2013 fait pourtant toujours des belles choses. Selon la radio espagnole Cadena Ser, il est le coach du Hope Refugees FC avec laquelle 24 jeunes réfugiés s’entraînent trois fois par semaine. “Quand on m’a proposé ce poste, j’ai accepté parce que cela me rend heureux de voir une équipe composée de gens qui souffrent, de réfugiés, de déracinés”, a déclaré l’ex-coach de l’Olympiakos, qui précise également que avoir des ancêtres turcs ayant immigré en Grèce.

 

En attendant de pouvoir obtenir le droit d’asile, que vient d’avoir le gardien titulaire, parti en Allemagne, les réfugiés peuvent pratiquer le foot et tenter de vivre une vie normale pendant quelques heures. Dans cette équipe, on retrouve des jeunes syriens, irakiens, afghans ou encore iraniens entre 18 et 26 ans, qui s’entraînent dans le centre d’Athènes. Joueur de 2e division syrienne, Joseba Jatsebo voulait par exemple devenir footballeur pro mais “à cause de la guerre, mon rêve s’est envolé“, confie celui qui est arrivé en Grèce il y a un an, à l’agence espagnole Efe. Ce fan du Real Madrid espère tout de même devenir “un jour” un bon footballeur.

Comment Khabib Nurmagomedov est devenu pote avec Cristiano Ronaldo

 

Créée à l’initiative d’une Fondation pour l’Enfance de l’UEFA, l’équipe est invitée à un championnat corporatif d’Athènes et vient de gagner un match amical contre une équipe d’avocats (4-1). Mais selon Antonis Nikopolidis, l’objectif est évidemment ailleurs : “Le but est d’être heureux”.