El Confidencial vient de dévoiler plusieurs vidéos des déclarations de Neymar devant le juge. Ce qui a évidemment provoqué la colère de l’entourage du joueur et de son club.

 

Mauvaise surprise pour Neymar et le Barça. Hier soir, le site espagnol El Confidencial a dévoilé six vidéos du passage de l’attaquant brésilien devant le juge, en février 2016. Et ce, dans le cadre de la deuxième affaire Neymar et de la plainte de DIS, fonds d’investissement ayant possédé 40% du numéro 11 catalan et qui s’estime lésé après un accord d’exclusivité passé entre le Barça et l’ex-joueur de Santos avant son transfert en Espagne.

 

 

Edgar Davids gagne son procès contre League of Legends pour un personnage trop ressemblant

Mon père ne me disait pas tout”

Penaud et assis sur une chaise devant le juge, c’est un Neymar assez mal à l’aise qu’on découvre. Dans ses déclarations, le buteur brésilien garde la même défense : il faisait entièrement confiance à son père au moment de signer les contrats. “Je ne savais pas grand chose, j’en apprenais surtout dans la presse. Mon père est celui qui gère ma carrière depuis que je suis né et c’est en personne en qui j’ai une confiance aveugle, qui s’occupe de ma vie et de ma carrière aussi”, explique-t-il, la tête légèrement baissée.

 

A-t-il reçu d’autres offertes en dehors de celle du Barça ? “Je ne sais pas, mon père ne me disait pas tout pour ne pas me perturber et parfois j’apprenais les choses sur Internet. C’est comme ça depuis mes 12 ou 13 ans (…) Je ne suis pas parti pour l’argent mais parce que c’était mon rêve et mon désir de jouer à Barcelone depuis petit et c’est ce que j’ai dit à mon père”, assure l’ex-buteur de Santos transféré en Espagne en 2013.

 

 

Le Barça réclame une enquête

Depuis une plainte déposée par DIS, on reproche à Neymar d’avoir paraphé un contrat avec le Barça – où à l’époque, Sandro Rosell et Josep Maria Bartomeu sont respectivement président et vice-président – pour qu’il ne signe pas ailleurs qu’en Catalogne et touche en échange 40 millions d’euros en 2013. Ce qui, selon la justice espagnole, aurait « altéré le marché libre des transferts de footballeurs en empêchant que le joueur y fasse son entrée ». Résultat, deux ans de prison ainsi qu’une amende de 10 millions d’euros ont été requis fin novembre contre le joueur pour “corruption entre particuliers”.

 

Du côté de l’entourage du joueur et du Barça, cette fuite a provoqué une véritable colère selon Mundo Deportivo. Le club catalan devrait demander au juge De La Mata une enquête sur la fuite de ces vidéos.

 

 

V.L.