Fabrice Pancrate est condamné à deux mois de prison avec sursis. L’ancien attaquant du PSG et du FC Nantes a été reconnu coupable d'”abandon de famille“.

 

Après l’agité Jens Lehmann, coupable de violences routières, c’est un autre ancien footballeur que rattrape la justice. Mardi 8 novembre, le tribunal correctionnel de Nantes a condamné Fabrice Pancrate pour “abandon de famille”, rapporte L’Équipe. Entre juillet 2014 et le 1er mars 2016, l’ancien sportif de 36 ans n’a pas payé la pension alimentaire qu’il devait à son ex-femme, mère de ses trois enfants. À cela s’ajoute qu’il ne lui a pas ramené les enfants à trois reprises.

 

 

Marco Verratti porte plainte contre L’Équipe et dénonce un "mensonge absolu"

J’ai d’abord payé mes impôts”

En plus d’écoper d’une peine de prison avec sursis, l’ancien de Sochaux ou encore Newcastle devra aussi verser 2 000 euros de dommages et intérêts à son ancien épouse ainsi que 600 euros pour couvrir ses frais de justice. Fabrice Pancrate semble rencontrer des problèmes financiers. Celui qui confiait en septembre dernier, à Yahoo Sport, être aujourd’hui conseiller sportif pour quelques jeunes footballeurs mais également apporteur d’affaires dans d’autres domaines, s’est en effet présenté à l’audience sans avocat “pour raisons financières”Le Parisien  précise que l’ex-attaquant révélé au Mans au début des années 2000 a affirmé être “retourné vivre chez ses parents”, dans un quartier pavillonnaire de Villepinte en Seine-Saint-Denis. Pour justifier cette dette qu’il estime en milliers d’euros, il a déclaré : “J’ai d’abord payé mes impôts, si je ne le faisais pas, ma dette se serait transmise à ma descendance”, assurant qu’il ne s’agit pas là de “mauvaise volonté”.

 

Fabrice Pancrate affirme toutefois avoir récemment effectué un versement de 52 000 euros à la mère de ses enfants, une information qu’elle confirme. Propriétaire de plusieurs appartements – lui rapportant des loyers jusqu’à 2 400 euros par mois – et parti du club nantais avec des indemnités de près de 140 000 euros, l’ex-Canari a eu, sans grande surprise, du mal à convaincre le conseil de la partie adverse, qui a parlé de “volonté de nuire claire et nette”. En plus de sa peine, il devra également régler ses créances, comme la présidente du tribunal correctionnel de Nantes lui a rappelé. Sale histoire.