Franck Ribéry a perdu son match contre Closer. Le joueur du Bayern Munich, qui reprochait au magazine de l’avoir mentionné dans une affaire de prostitution, aurait visiblement dû s’y prendre différemment.  

 

Pas de gros chèque pour Franck Ribéry. Selon l’AFP, le Tribunal de grande instance de Nanterre a prononcé la nullité de son action contre Closer. Saisi pour atteinte à sa vie privée et à sa présomption d’innocence, le tribunal a estimé qu’il aurait dû attaquer le magazine en diffamation, pour atteinte à son honneur et à sa considération. En fait, l’ex-joueur des Bleus s’est surtout loupé.

 

L’affaire remontait à décembre 2015. Franck Ribéry s’est plaint de trois articles publiés par le site de Closer et parus sous le titre « Le nouveau scandale qui va ébranler le foot français » dans la version papier. On y apprenait que le joueur du Bayern Munich, déjà ébranlé par l’affaire Zahia en 2009, avait été entendu par la brigade de répression du proxénétisme de Paris comme simple témoin d’une affaire, en novembre 2015. Il en était ressorti libre.

Alexandre Pato : Un départ en Chine... et une condamnation pour fraude fiscale

 

 

« Soigner les plaies de l’acharnement médiatique »

Pour justifier sa plainte contre le groupe de presse Mondadori, Franck Ribéry estimait que Closer l’avait volontairement présenté comme étant impliqué dans une affaire de proxénétisme alors qu’il n’était que simple témoin et absolument pas mis en cause. L’ancien de l’OM reprochait également au magazine de faire encore référence à l’affaire Zahia dont il était « en train de soigner les plaies de l’acharnement médiatique ».

 

L’affaire date toutefois de 2009 quand Franck Ribéry et Karim Benzema avaient été accusés d’avoir eu des relations sexuelles avec Zahia Dehar, escort-girl mineure. Les deux internationaux français avaient finalement été relaxés au mois de janvier 2014.

 

 

Franck Ribéry va payer

Alors que Franck Ribéry réclamait 400 000 euros de dommages et intérêts, la justice a finalement obligé le joueur à verser 3 000 euros au groupe Mondadori au titre des frais de justice. Celui qui assume son désamour pour la France va avoir de nouveaux arguments.

 

V.L.