Avant de devenir la machine que l’on connaît, Messi a scoré son premier coup franc avec l’aide d’un certain Greg Coupet, alors à l’Atlético. Retour sur ce soir d’octobre 2008 où tout a commencé. 

 

GOAT ou pas GOAT ? Si ce débat sur Messi existera toujours, un truc est devenu incontestable : il est le meilleur tireur de coup franc de la planète. À 32 ans et des stats folles sur cet exercice (26% de réussite cette année et un récent doublé face au Celta), la Pulga a pris le temps, saison après saison, de perfectionner un art auquel il a commencé à goûter le 4 octobre 2008, contre l’Atlético. Entre deux matchs de C1, l’équipe d’Agüero encaisse le premier récital de la Pep Team (6-1) et surtout le premier coup franc de Messi qui aurait déjà fait crier Da Fonseca. Alors que Coupet place son mur, le nouveau 10 blaugrana grille la politesse à Xavi et envoie tranquillement le ballon dans les filets. Même le réalisateur est surpris, et ça fait 3-0 au bout de la… huitième minute.

 

Ces autres clubs que Mourinho n'entraînera "jamais"

 

Merci le cerveau de Messi, et merci l’arbitre. “Tout a commencé grâce à moi, a récemment raconté Iturralde González sur la Cadena SER. J’ai vu Coupet placer le mur et je me suis approché pour demander à Messi s’il voulait un mur. Et il m’a juste répondu : “Non, je peux tirer ?”. J’ai dit ok et je me suis même mis de côté pour qu’il puisse frapper”. Le début d’une grande histoire pour Messi, et la fin de celle de Coupet à l’Atléti. Déjà mis sur la touche pour la C1, au profit de Leo Franco, le Français est écarté dès la rencontre suivante par le coach mexicain Aguirre, avant de filer au PSG au mercato d’été. “J’étais écoeuré, mes coéquipiers avaient perdu le match avant de le jouer”, dira Coupet dans sa bio quelques années plus tard. Sans évoquer ce maudit mur.

 

 

 

L’influence Ronnie

À partir de cette soirée, on verra de plus en plus Xavi partager les coups francs avec Messi. Un exercice que l’Argentin, qui n’était même pas le tireur désigné au temps de la Masia, a pu apprendre grâce à Maradona en sélection (2008-10), mais aussi en Catalogne grâce à un autre numéro 10, parti du Camp Nou un peu avant le set infligé à Coupet. “Un jour, Lionel m’a demandé si l’on pouvait rester après l’entraînement pour regarder comment Ronaldinho les frappait, raconte son ex-coéquipier Gabi Milito, cité par El PaisC’est à ce moment-là qu’il est resté travailler ça avec lui”. Avec 52 coups francs marqués contre 66, l’élève va bientôt dépasser le maître.

 

(El Pais)

Stats de Messi (El Pais)