Auteur de débuts fracassants avec le Barça, le crack Ansu Fati (16 ans) cassait déjà des reins à Séville, où il est passé avant de devenir blaugrana. 

 

Coups du sombrero, crochets, petits ponts : toute la panoplie était quasiment là. Révélé aux yeux du monde entier en à peine 3 matchs (2 buts, 1 passe décisive) et des records de précocité au Barça, Ansu Fati a d’abord brillé avec le maillot de Séville à 9 ans. Un passage express d’un an suffisant pour taper dans l’oeil blaugrana et donner une vidéo de skills que Twitter vient de ressortir. Quasiment le même visage poupin, quelques imprécisions mais des gestes de futur tueur comme le Camp Nou a pu en voir récemment contre le Betis ou Valence, avant une nouvelle démo possible ce soir contre Dortmund en C1.

 

 

On comprend mieux pourquoi Séville est devenu furax à son départ – enfin “vol”, selon le président de l’époque – pour la Masia à 10 ans, quelques années après son arrivée dans la région andalouse en provenance de Guinée-Bissau. Passé d’avant-centre à allier gauche, il perce très vite en Catalogne – avec Kubo, désormais au Real – et se fait notamment remarquer en Youth League. Ce qui a poussé le Barça à s’activer cet été pour ne pas se le faire piquer : le plus jeune buteur de l’histoire blaugrana a signé un deal de trois ans (+ deux en option), avec une clause à 100M€ et un salaire évolutif de 300.000€ mensuels (qui passera à un million s’il devient un joueur de l’équipe première). Le tout avec l’aide de Rodrigo Messi, le frère du numéro 10 et son nouvel agent qui a bien senti le potentiel. Avec ou sans vidéo.