Mesut Özil a profité de son week-end de repos pour exercer un de ses talents cachés : la découpe du kebab.

 

Pas de match avec Arsenal, une autobiographie terminée… Mesut Özil avait un peu de temps libre, vendredi 24 février. L’international allemand, dont la famille est originaire de Turquie, est donc allé faire un tour dans le restaurant Likya, l’un des meilleurs kebabs de Golders Green, quartier du nord-ouest de Londres. Sauf que le joueur d’Arsenal n’a pas envie de se faire servir comme tout le monde. Suivi par une caméra de télévision, l’ancien du Real Madrid est carrément passé en cuisine pour découper son kebab. Pas besoin d’avoir fait Top Chef pour voir qu’il se débrouille quasiment aussi bien couteau à la main que balle au pied.

 

 

Quand Sami Khedira se plaint de... sa coupe de cheveux dans FIFA 18

Prière, « force et confiance »

Né à Gelsenkirchen (Allemagne), Mesut Özil reste particulièrement fier de son héritage turc. Et pas seulement quand il s’agit de sculpter l’un des plats les plus populaires au pays du Bosphore. Dans son autobiographie La magie du jeu, à paraître le 16 mars, l’ancien du Werder Brême raconte par exemple qu’il prie en turc pendant l’hymne national allemand, le Deutshlandlied, « une tradition » pour le joueur de confession musulmane.

 

Fils d’immigrés turcs, Mesut Özil s’est toujours dit « fier d’avoir bénéficié des deux cultures ». « Juste avant le coup d’envoi, je prie en turc, écrit le Gunner, qui prie également au lever et après manger. J’ai appris ces prières comme un enfant de mes parents. » S’il avait été critiqué par certains médias allemands pour ne pas chanter le Deutshlandlied – coucou Karim Benzema – il n’est pas question pour lui d’abandonner ce qui lui apporte « force et confiance ».

 

 

Mauvaise habitude

Un coup de pouce spirituel dont Mesut Özil (28 ans) a actuellement besoin. Retombé dans ses travers et une irrégularité chronique, l’ex-joueur de Schalke 04 est loin de statistiques de l’année dernière où il avait offert 19 passes décisives. Absent contre Liverpool samedi, le meneur de jeu des Gunners sera également laissé au repos contre le Bayern Munich car “pas prêt physiquement” selon son coach Arsène Wenger. L’occase de se refaire un petit kebab ?

 

S.St.