Alors que Mkhitaryan est privé de finale d’Europa League pour raisons de sécurité, un supporter d’Arsenal réclame que le match soit organisé à Wembley et non à Bakou. 

 

C’est sûrement l’un des plus gros couacs de l’UEFA depuis un moment. Déjà critiquée pour des problèmes logistiques, avec l’absence de vol direct Londres-Bakou, cette finale d’Europa League en Azerbaïdjan a définitivement basculé dans le consternant avec l’absence de Mkhitaryan, en raison du conflit avec l’Arménie. Une mise à l’écart qui pousse des fans d’Arsenal à réclamer que la finale, prévue contre Chelsea, se joue désormais à Wembley.

 

pet

Les grands noms de la génération 92 de Manchester United réunis en Asie

 

Cette décision de l’UEFA est l’une de celles qui font passer les profits avant le respect du jeu et la sécurité des joueurs”, regrette la pétition, signée pour le moment par 3.500 personnes. À six jours de la finale à Bakou, décidée en 2017 par l’instance, l’auteur est évidemment conscient qu’une délocalisation a zéro chance d’aboutir. Mais il souhaite que l’UEFA “reconnaisse les effets néfastes de sa décision”. “En signant, vous montrerez votre solidarité avec les fans d’Arsenal et Chelsea, Mkhitaryan, et le football lui-même”, conclut-il.

 

 

 

Nous avons dû prendre la difficile décision de renoncer”

Dès le départ, la finale a cristallisé les critiques. En plus de l’absence de vol direct depuis Londres, les fans anglais ont aussi protesté contre le faible nombre de places alloué (6.000 chacun) malgré la capacité du stade (68.700). L’imbroglio Mkhitaryan est aussi arrivé : alors que l’UEFA assurait avoir toutes les garanties pour la sécurité du joueur, Arsenal et l’international arménien ont annoncé qu’il ne ferait pas le voyage. “Après avoir examiné les options à notre disposition, nous avons dû prendre la difficile décision de renoncer”, expliquait le milieu, dont le pays se dispute le territoire du Haut-Karabagh avec l’Azerbaïdjan, qui refuse habituellement les visas d’entrée à tout citoyen arménien. Ce qui nous fait repenser à cette réflexion de Klopp : “Les gars de l’UEFA qui décident du lieu des finales, je ne sais pas ce qu’ils prennent au petit-déj”.