Alors que les incidents racistes s’enchaînent en Serie A, le président de la Fédé a annoncé l’arrivée d’un “radar passif” dans les stades en Italie. 

 

Toujours peu de sanctions, mais un nouvel outil. Pour lutter contre les incidents racistes dans les stades, le président de la Fédé italienne (FIGC) Gabriele Gravina vient d’annoncer qu’un “radar passif” allait débarquer dans les tribunes. “Il est fourni par l’antiterrorisme et capte la provenance d’un bruit avec des micros directionnels, explique-t-il dans La Repubblica selon L’Equipe. Il peut repérer en direct une personne qui lance un cri raciste. Il suffit de deux panneaux par secteur, le coût n’est pas excessif, c’est une entreprise italienne qui le produit”, précise le dirigeant, qui avait déjà évoqué l’idée d’utiliser le VAR contre le racisme.

 

 

Reste quand même un léger souci : le respect des libertés individuelles. “Il y a juste l’obstacle lié à la confidentialité parce qu’il peut écouter des conversations privées au stade, mais c’est un outil redoutable, veut-il croire. On veut se coordonner avec le ministère de l’Intérieur”. Premier test attendu le 18 novembre prochain, lors d’Italie-Arménie en éliminatoires de l’Euro.