Des poupées sexuelles, mais aucun plaisir pour le FC Séoul qui risque désormais d’être viré de son stade selon The Guardian

 

La pire boulette des matchs à huis-clos est bien là. En plein bad buzz après l’utilisation de poupées gonflables pour remplir ses tribunes, le FC Séoul (D1 sud-coréenne) pourrait avoir droit à une grosse punition infligée par la société qui gère l’exploitation du stade. D’après le Guardian, Seoul Facilities Corporation a ouvert une enquête sur une éventuelle violation du contrat de location. La raison ? Celui-ci interdit toute pub sans autorisation préalable, et le fabricant était bien présent sur les t-shirts des poupées et une banderole.

 

 

Après la réception de Gwangju dimanche (1-0), pour son premier match de la saison à domicile, le FC Séoul s’était déjà excusé. Le 3e de K-League 2019 s’était dit “désolé” d’avoir mis ses supporters “mal à l’aise” avec ses 30 poupées (25 femmes et 5 hommes). “Nous nous sommes assurés dès le début qu’elles n’avaient aucun rapport avec des sextoys”, s’est défendu le club de la capitale, plaidant le malentendu. Pas sûr que cela suffise, d’autant que la K-League, qui interdit également ces pubs, pourrait aussi lui infliger une amende voire déduire des points. Ça ferait cher les poupées.

 

MAJ du 22/05 : La sanction de la Ligue est tombée : amende record de 100 millions de wons (74 000 euros). La Ligue de football du pays a estimé que le club avait “profondément humilié ses fans de sexe féminin”.