Si le vestiaire de l’OL avait besoin d’un ambianceur, Memphis Depay tombe plutôt très bien. Nouvelle recrue phare du club de Jean-Michel Aulas, l’ex numéro 7 de Manchester United a aussi connu une petite carrière de… rappeur. 

 

Vendredi, Jean-Michel Aulas a sûrement mieux débuté son week-end que nous. Auteur d’un très joli coup, le président de l’OL présentait Memphis Depay (22 ans), arrivé en provenance de Manchester United contre 16,5 millions d’euros (+ bonus) et l’étiquette de nouvelle attraction de la Ligue 1. “Un rêve” pour JMA, qui parle notamment d’un joueur “au certain panache” et avec un “immense talent”. Bien. Mais ce qu’on aurait aussi aimé qu’il nous dise, c’est que l’ailier hollandais, ex “grand espoir” européen, est aussi un ex… rappeur. Si quelqu’un trouve un ghetto-blaster au Parc OL, ce n’est donc pas à Christophe Jallet.

 

À l’adolescence, le turbulent Memphis Depay aurait pu laisser tomber le foot pour le rap. Encore très loin du Groupama OL Training Center, le futur ailier du PSV Eindhoven traîne dans les studios d’enregistrement et pose son flow dès qu’il en a l’occasion, notamment avec le collectif Rotterdam Airlines. Sur YouTube, il est même possible de retrouver quelques traces de sa carrière de rappeur avec notamment ce clip de 2014 dans lequel il rappe casquette sur la tête à l’arrière d’une voiture et autour de quelques jolies filles. La base. Un an plus tôt, l’ex-joueur de Manchester United participait également à l’EP du rappeur Bollebof aux côtés d’un autre footballeur néerlandais, Eljero Elia de Feyenoord. Il va quand même devoir s’y faire : ce sera désormais plus multiplex Ligue 1 que mixtapes.

Le tatouage hyper narcissique de Leroy Sané

 

 

Memphis Depay et les tatouages

Il a beau être cheesy avec sa petite amie Lori Harvey sur les réseaux sociaux, Memphis Depay a donc déjà gagné pas mal de points street cred. Son autre secret ? L’ancien joueur du PSV Eindhoven est à fond sur les tatouages. Les deux bras, la jambe gauche et même le dos tout entier ont été tatoués. Et question motifs, il y en a pour tous les goûts avec Taz le Diable de Tasmanie, le génie d’Aladin, le Christ, la date 18-06-14 correspondant à son but lors du Mondial au Brésil, un « Dream Chaser » inscrit sur le torse ou encore un immense lion dans le dos.

 

🦁NOUS SOMMES L’OLYMPIQUE LYONNAIS🦁

Une photo publiée par Memphis (@memphisdepay) le

 

A place where dreams come true. Go Olympians! #Rio2016 🇧🇷🔥💪🏾🙏🏾

Une photo publiée par Memphis (@memphisdepay) le

 

 

 

La thug life de JMA

Mais question flow, Jean-Michel Aulas n’a rien à envier à sa recrue. Maître de la punchline en Ligue 1, le président de l’OL n’a pas pu s’empêcher de mettre un petit taquet au PSG pendant la présentation de Memphis Depay. Comment ? En balançant que le club parisien avait surenchéri à la dernière minute pour chiper le joueur. Un peu embarrassé, Patrick Kluivert, le directeur du football au PSG, a dû admettre qu’il avait “parlé” à l’ailier hollandais mais “pas pour le prendre” au club. Dommage, un rappeur pour remplacer un chanteur de reggaeton aurait été une bonne opération.

 

 

 

 

N.F.