Le sénat et l’Assemblée nationale comptent désormais un groupe “OM Parlementaires”, lancé par un député des Bouches-du-Rhône. 

 

Même là-dessus, les Marseillais pourront lâcher leur slogan “A jamais les premiers”. Car pour la première fois, un club de Ligue 1 a son groupe officiel de supporters au Parlement. Et ce grâce à Eric Diard, député LR des Bouches-du-Rhône, à l’initiative du groupe OM Parlementaires au Sénat et à l’Assemblée nationale. 57 élus de différentes régions ou bords (LR, LREM, UDI, Modem ou PS) l’ont déjà rejoint, même si les étiquettes France insoumise et Rassemblement national sont pour le moment absentes.

 

Eric Diard à l'Assemblée nationale en août 2018 (Panoramic)

Eric Diard craint dégun à l’Assemblée en août 2018 (Panoramic)

 

George Weah investi président du Liberia dans un stade de 35.000 personnes

L’OM est un club populaire qui rassemble au-delà des clivages politiques”, s’est réjoui Eric Diard, qui souhaite convaincre Eric Coquerel (FI), élu en Seine-Saint-Denis et “partenaire de foot”, de rejoindre OM Parlementaires. “Je suis fan de l’OM depuis mon adolescence”, a de son côté justifié Stéphane Viry, député LR des Vosges et ex-président du club d’Épinal, qui a rejoint le groupe. Selon Le Parisien, 17% des députés affirment que l’OM est leur équipe préférée devant le PSG (13%).

 

Eric Diard avec l'équipe du Parlement contre le Variété

Eric Diard avec l’équipe du Parlement face à Samir Amirèche du Variétés en septembre 2018 (Panoramic)

 

 

Le PSG va aussi avoir son groupe

Pour Jacques-Henri Eyraud, l’initiative lancée par l’élu des Bouches-du-Rhône n’a toutefois aucun rapport avec le lobbying. “On est en train de rassembler le plus possible de supporters de l’Olympique de Marseille partout dans le monde, pourquoi ne pas le faire avec les parlementaires ?, s’est demandé le boss du club marseillais qui a lancé le programme OM Nation. Il ne s’agit pas d’une activité de lobby. En France, le lobbying est strictement encadré”.

 

OM Parlementaires a en tout cas donné des idées à d’autres élus. Dans la foulée, trois députés En Marche dont Hugues Renson ont lancé un groupe “transpartisan” d’élus supporters du PSG. “Nous organiserons des événements autour de la vie du club, des rencontres et des échanges avec la direction, le personnel et des joueurs, des réunions autour d’enjeux concernant le football français et international, des retransmissions, etc”, explique un courrier écrit par ces parlementaires. Le Classique va aussi se jouer au Parlement.