Pour la première fois, un arbitre pro fait son coming-out. Ryan Atkin, quatrième arbitre en Premier League cette saison, a décidé de parler de son homosexualité. 

 

Grande première dans la lutte contre l’homophobie dans le foot. Jeudi, l’arbitre anglais Ryan Atkin (32 ans) a choisi de publiquement révélé son homosexualité. « Être gay n’a aucune importance quand il s’agit d’arbitrer un match de football, a-t-il assuré dans une interview à la chaîne Sky Sports. Mais si je parle d’égalité et de diversité, alors je vais mentionner que je suis gay parce que c’est pertinent. L’homophobie est toujours un problème, mais les choses s’améliorent tous les jours. On peut changer le jeu et la culture si on change les esprits », estime celui qui est arbitre depuis 1999.

 

En brisant ce sujet encore tabou, Ryan Atkin espère que d’autres oseront également l’imiter. “Clairement, c’est un saut dans l’inconnu. Dans le football professionnel en Grande-Bretagne, on sait très bien qu’il n’y a aucun homosexuel déclaré, et il n’y en a jamais eu non plus parmi les arbitres », pense l’arbitre qui estime que “les gens bien dans leur peau au travail sont plus efficaces ». “La même chose est vraie dans le sport professionnel », a ajouté l’homme en noir qui officie aussi en tant qu’arbitre principal dans des divisions inférieures.

Quand Tim Krul se sert d'une antisèche pour arrêter les tirs aux buts de Tottenham

 

 

Le soutien de la Fédération anglaise

La décision est en tout cas déjà saluée par Neale Barry, boss des arbitres au sein de la Fédération. “La FA soutient entièrement Ryan. Notre rôle est de soutenir tous les arbitres, d’aider à leur développement, de maximiser leur potentiel et, par dessus tout, d’aider à faire en sorte que leur expérience soit positive », a-t-il assuré. Ryan Atkin participe par ailleurs à la campagne «Lacets arc-en-ciel» lancée par Stonewall, une association de défense des personnes LGBT soutenue par la Fédération anglaise, la Premier League et la Ligue anglaise et visant à sensibiliser le public au langage anti-LGBT dans le foot. Début 2017, la FA avait déjà proposé d’aider les joueurs à faire leur coming-out en les invitant à le faire… de manière collective.

 

 

Chez les footballeurs, peu de joueurs ont passé le pas. Anton Hysén, qui évolue à Torslanda IK (D2 suédoise), ou encore Robbie Rogers des Los Angeles Galaxy sont les rares à l’avoir fait en activité. En 2014, c’est l’ex-international allemand qui avait choisi de faire son coming-out. L’Anglais Justin Fashanu, qui s’est suicidé huit plus tard, est le premier joueur à l’avoir fait en activité en 1990.