Les footballeurs sont de plus en plus nombreux en Allemagne. Avec l’arrivée de milliers de réfugiés, le nombre de licences accordées par la fédération à des étrangers a particulièrement augmenté, selon Le Monde

 

Bakery Jatta (Hambourg) ou Ousman Manneh (Werder Brême) sont loin d’être les seuls réfugiés à évoluer dans un club de foot en Allemagne. En 2015, la Fédération allemande de football (DFB) a annoncé avoir accordé 42 000 licences à des étrangers – dont beaucoup de réfugiés -, un chiffre plus de quatre fois supérieur à celui de 2012 (10 000). En Allemagne, il y a 6,5 millions de joueurs licenciés répartis en 26 000 clubs.

 

 

Exilé aux Etats-Unis pour raisons politiques, Hakan Sükür raconte sa nouvelle vie au New York Times

1-0 pour dire bienvenue

Un résultat nettement encouragé par la Fédération qui a lancé un programme baptisé “1-0 für ein Wilkommen » (« 1-0 pour dire bienvenue »), visant à recruter des footballeurs et auquel 3 000 clubs participent en Allemagne depuis 2015. Avec un budget de 600 000 euros, l’initiative propose notamment une aide de départ de 500 euros aux clubs qui agissent en faveur des réfugiés. Lundi, lors d’un sommet du l’intégration à Berlin, le gouvernement a aussi présenté une brochure intitulée Im Fussball zu HauseAu foot, à la maison »).

 

Lira Alushi, la joueuse du PSG arrivée en Allemagne à 4 ans et née au Kosovo, y témoigne. « Nous étions des étrangers et nous étions parfois rejetés , a-t-elle raconté dans la brochure de ce programme soutenu par Angela Merkel. Le football m’a permis de me faire des amis et m’a donné confiance en moi. » Bakery Jatta (18 ans), arrivé de Gambie il y a un et aujourd’hui professionnel à Hambourg, explique également que jouer en club lui a permis  d'”apprendre la langue“, de “rencontrer des Allemands” et d'”échapper à l’ennui des foyers d’accueil. »