A moins de deux mois du Mondial, la Russie communique sur les effets bénéfiques de la compétition sur son économie.

 

Le coup d’envoi n’a pas encore été donné mais la Russie est déjà très contente de son Mondial. Aucun rapport avec le foot mais plutôt avec l’économie puisque selon le vice-Premier ministre Arkady Dvorkovich, les caisses sont bien remplies grâce aux préparatifs de l’organisation de la Coupe du monde. L’apport serait ainsi de 867 milliards de roubles (11 milliards d’euros) sur les cinq dernières années soit environ 1% du PIB.

 

Ralentie par les sanctions occidentales et la chute du prix du pétrole, l’économie russe aurait connu une croissance de 1,5% l’an dernier. “Sans le mondial, il n’y aurait actuellement pas de croissance économique en Russie”, a déclaré un Arkady Dvorkovich forcément optimiste pour le futur, prédisant entre 21 et 25 milliards d’euros engendrés sur la période 2013-2023. “La Coupe du monde a un effet considérable sur l’économie. Le tournoi a déjà boosté le développement économique des régions hôtes et continuera à avoir un apport sur le long terme”, a-t-il ajouté.

David Beckham annonce le retour de la Predator Mania d'Adidas

 

Si la Russie a dépensé 9 milliards d’euros au total pour l’organisation, 200.000 emplois auraient été crées dans un pays où le chômage tourne officiellement autour de 5%. Quant aux risques d’augmentation des prix à la consommation pointées du doigt par la banque centrale russe, Arkady Dvorkovich a tenu à se montrer rassurant : “En ce qui concerne l’inflation, il n’y aura pas d’effet significatif”. Dommage que sur le terrain du foot, cela risque d’être plus difficile pour la sélection russe cet été.