L’affaire Jorge Ferreira aura été celle de trop. Au Portugal, la police a décidé de prendre des mesures pour la sécurité des arbitres.

 

Y’a-t-il un rôle plus ingrat que celui d’arbitre ? Indispensable, l’homme en noir est trop souvent la cible numéro un sur les terrains de foot du monde entier. Au Portugal, après une multiplications de leurs plaintes – 52 la saison dernière, soit le double de l’année précédente – on a donc décidé de mieux les protéger. Comment ? En mettant en place… un numéro de téléphone de secours, selon le quotidien espagnol Sport. Comme avec le 016 au Portugal, destiné au harcèlement contre les femmes et les mineurs, les arbitres agressés, menacés ou se sentant en danger auront leur propre numéro. Et tout appel, venant de l’homme en noir ou d’un membre de sa famille sera enregistré par la police de Lisbonne.

 

 

Nouveau coup de gueule de Sephora Goignan après sa plainte contre Kingsley Coman

« Je crains pour la sécurité de ma famille »

Une initiative lancée juste après l’affaire Jorge Ferreira. Après son arbitrage lors de la demi-finale aller de la Coupe du Portugal entre Estoril-Benfica (1-2), le 28 février, le restaurant de son père a été vandalisé, à Fafe, et des tags ont été retrouvés sur la façade de l’établissement. Les coupables seraient des supporters de Porto, en colère après les deux buts de Benfica jugés litigieux. « Moi je n’ai pas peur mais je crains pour la sécurité physique de ma famille, et ne peux donc pas exercer mon travail librement », avait confié l’homme en noir. Le plus beau métier du monde.

 

V.L.