Lundi, la Fédé hollandaise a annoncé que d’ici 2023, le salaire de l’équipe féminine augmentera jusqu’à atteindre le même niveau que celui des hommes. 

 

Ce n’est pas pour tout de suite mais le geste est là. Dès la fin du Mondial et durant les quatre prochaines années, les championnes d’Europe vont pouvoir toucher un plus gros salaire qui atteindra d’ici 2023 le même niveau que les hommes. Le processus se fera en deux temps : la première augmentation sera effective jusqu’à l’Euro 2021, avant qu’un accord ne soit négocié pour les deux années suivantes. “L’idée est que leur salaire soit équivalent à celui de l’équipe masculine”, explique la KNVB, qui espère toutefois que les instances du foot mondial les soutiendront suffisamment pour y arriver.

 

 

C’est une grande avancée pour l’égalité hommes-femmes au sein de la sélection, a salué l’attaquante Vivianne Miedema (Arsenal). Nous espérons que cela ouvrira la voie aux futures générations d’internationales”, a ajouté la joueuse de la sélection Oranje, première de son groupe du Mondial devant le Canada, le Cameroun et la Nouvelle-Zélande. Même enthousiasme chez Jan Dirk van der Zee, responsable du foot féminin dans une Fédé qui avait déjà augmenté les salaires en 2017 : “Nous sommes très satisfaits de cet accordNous souhaitons être un exemple de développement social en termes de parité hommes-femmes”. C’est plutôt bien parti.